« Princesse Laque » de Françoise Malaval et Patrice Favaro

Publié le 2 Septembre 2014

Au fil de ma lecture, j'ai souvent pensé à un autre livre dont j'avais parlé ici : « L'enfant qui tissait des tapis» de Sylvie Nicolas et Marion Arbona.

 

Aung San Suu Kyi succède ici à Iqbal Masih.

La Birmanie remplace le Pakistan.

 

Chacun des personnages ayant inspiré ces contes philospophiques a oeuvré (et continue d'oeuvrer en ce qui concerne Aung San Suu Kyi) pour les droits de l'homme, chacun de son côté de l'Inde.

 

Le message est simple, limpide, non-violent et pose inlassablemetnt la même question : est-ce ainsi que les hommes vivent ?

 

Dans ce livre, les mots de Patrice Favaro ne sont pas seuls pour interpeler le lecteur, ils sont accompagnés des images de Françoise Malaval.

Celles-ci font en premier lieu penser à ces personnages et ces scènes vus dans les théâtres d'ombres d'Asie du Sud-Est. Puis, en y regardant de plus près, l'on découvre alors l'infinité de coups de pinceaux multicolores qui ont été apposés sur le papier afin de créer un ensemble significatif et magnifique.

 

N'est-ce pas là, par cette technique même, que se résume la force des grands combats essentiels ? Chaque jour, chaque geste, chaque personne, par ses actes, contribue à créer le grand paysage global. Notre monde peut-il devenir aussi beau que les images de Françoise Malaval ? Appliquons-nous quotidiennement à laisser une belle empreinte colorée assorties à celles qui nous entourent et nous y parviendrons assurément.

« Princesse Laque » de Françoise Malaval et Patrice Favaro« Princesse Laque » de Françoise Malaval et Patrice Favaro« Princesse Laque » de Françoise Malaval et Patrice Favaro