Articles avec #archives tag

Publié le 29 Janvier 2015

Du côté du village

 

§ Tout près du village, sur la rue principale de Magog, se prépare pour le printemps une belle activité intitulée « Des mots dans la ville ». Artistes et étudiants en arts écriront des citations d'auteurs québécois sur les vitrines des commerces. C'est à noter dès à présent dans l'agenda à la journée du 23 avril qui verra le lancement officiel de cet événement culturel régional.

 

Du côté de la lecture

 

§ Courir 5 km pour soutenir l'alphabétisation, ça vous tente ? Vous connaissez quelqu’un qui serait intéressé à relever le défi ? L'équipe des Coureurs pour l'Alphabétisation participera le 26 avril prochain au Défi caritatif Banque Scotia au parc Jean Drapeau, à Montréal. Toute l'information relative à cette belle initiative de la Fondation pour l'Alphabétisation se trouve ici. Merci !

(et si, comme moi, la course n'est vraiment pas votre force, faites tout de même suivre l'information, il y a peut-être plus de coureurs dans vos abonnés et votre entourage que vous ne le pensez ! ;) )

 

C'est tout pour aujourd'hui ! À la prochaine !

Quelles sont les nouvelles ?

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 20 Janvier 2015

Du côté du village

 

§ Blanche (notre « agente de développement communautaire », mais bien plus que ça en fait) s'est blessée à l'épaule et DEVRAIT pour sa santé rester tranquille jusqu'à la mi-février. En sera-t-elle capable ? :) J'en doute, mais les paris sont ouverts ! :)  

Plus sérieusement Blanche, prends bien soin de toi et reviens-nous vite.

 

§ Suzanne a remporté un prix pour l'une de ses toiles et vous en parle ici. L'atmosphère de douceur estivale qui s'en dégage fait chaud au coeur et permet par la même occasion d'oublier quelques instants la froidure de ces jours-ci. Foncez la voir et bravo Suzanne !

 

§ Un encart annonçant les nouveautés proposées par la biblio sera désormais publié dans le bulletin municipal. On commence dès le prochain numéro, c'est à surveiller !

 

Du côté de la lecture

 

§ Je vis actuellement ma première expérience de lecture en anglais avec « The curious incident of the dog in the night-time » de Mark Haddon. Je vous en reparle très vite. Et vous, lisez-vous parfois en anglais ?

 

§ Je suis à la recherche (pour un projet d'écriture publique) de citations d'auteurs québécois se rapportant au fait de manger, d'aller au restaurant, de savourer des mets, de cuisiner, d'apprécier des saveurs, etc. Si vous en connaissez ou en croisez dans vos lectures des prochaines semaines, je suis preneuse ! 

 

C'est tout pour aujourd'hui ! À la prochaine !

 

 

Quelles sont les nouvelles ?

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 17 Janvier 2015

 

Il me faut commencer ici par une brève explication à l'attention des internautes français qui nous suivent.

 

Beau Dommage est un groupe de chanteurs et musiciens québécois des années 70 qui a connu un immense succès et dont les chansons sont désormais associées à l'histoire du pays ainsi qu'à la volonté d'indépendance de celui-ci. Certains parlent d'ailleurs au sujet de Beau Dommage de « chanson politique ».

Autre précision utile, je crois, Beau Dommage ne signifie pas « Belle Détérioration » !!!! :) Au Québec, l'expression « Beau dommage ! » signifie plutôt « Certainement ! », mais on l'emploie assez peu.  

Pourquoi vous parler de Beau Dommage aujourd'hui ? Parce qu'une soirée leur sera entièrement dédiée le 23 janvier prochain à la salle communautaire d'Austin (à 19h, juste après le vernissage de l'exposition des photographies de Jean-Claude Duff).

 

Le nombre de chansons que comporte la discographie de Beau Dommage est assez impresionnant et choisir un titre à partager avec vous aujourd'hui aurait pu s'avérer difficile. Il n'en fut rien, car l'une de leurs chansons semble avoir été écrite spécifiquement pour ce blogue.

 

Je vous laisse donc savourer... « Tout va bien » ! ;-)

Né à Montréal
D'une famille normale
Elevé dans le noir
Entre la t.v.
Et le purgatoire
Sorti de l'école
Rempli de symboles
Et de bonnes manières

Perdu dans ses rêves
Pendant tant d'années
A pas pouvoir les dire
A se les raconter
Avant de s'endormir
Lancé en amour
Pogné dans l'détour
Quand on découvre un jour
Que c'qu'on avait voulu
Etait moins beau en dedans qu'autour

Ayez pitié de l'homme qui a peur
Prenez-lui la main quand il pleure
Amenez-le doucement danser
Jusqu'au petit matin
Donnez-lui le goût de croire
Que tout va bien

Caché dans les bars
Où la nuit vient tard
Et où le jour se perd
A trouver des remèdes
Pour le mal de mer
Des lendemains de veille
Aussi vide et creux
Que le fond des bouteilles

Connu ses amis
Dans un bal masqué
En beaux habits d'soirée
A pas vouloir se dire
Si on 'tait déguisés
Endormis debout
Entre le sommeil
Et l'université
Sur des débuts de phrases
Et des idées de tout changer

Ayez pitié de l'homme qui a peur
Prenez-lui la main quand il pleure
Amenez-le doucement danser
Jusqu'au petit matin
Donnez-lui le goût de croire
Que tout va bien

Penché sur sa vie
Comme sur un cahier
A composer des rimes
Pour ses vieux péchés
Au lieu d'en inventer
Perché sur sa ville
Un oiseau fébrile
Avant de s'envoler

Assis sur le bord
De votre grand lit
Vous l'écouter parler
C'est fou tout ce qu'on peu dire
Quand on a just' une nuit
Votre main est douce
Votre main se glisse
Dans la main de l'homme
Et votre sourire lui dit
De rester jusqu'à demain

Ayez pitié de l'homme qui a peur
Prenez-lui la main quand il pleure
Amenez-le doucement danser
Jusqu'au petit matin
Donnez-lui le goût de croire
Que tout va bien

Amenez-le doucement danser
Jusqu'à demain matin
Donnez-lui le goût de croire
Que tout va bien

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 27 Décembre 2014

Ce cadeau-ci, je l'ai découvert en ouvrant le journal d'Austin. À l'intérieur se trouvait le calendrier des activités pour les six premiers mois de 2015 et... et... le 28 février (oui, oui, vous pouvez sortir votre agenda ! :) ) aura lieu une projection (gratuite !) du film époustouflant de Jennifer Baichwal : « Watermark ».

 

Je ne prendrai pas plus de votre temps pour vous dire tous les prix que ce documentaire a reçu, je préfère vous laisser tout de suite savourer la bande-annonce de ce film-événement.

On se voit le 28 ?

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 16 Décembre 2014

En ce moment, le village se pare de neige et de décorations colorées. C'est superbe ! Même le Père Noël en personne a décidé de venir en repérage samedi dernier... en préparation du Grand Jour !

(cliquez sur les photos pour les voir en grand ! )(cliquez sur les photos pour les voir en grand ! )

(cliquez sur les photos pour les voir en grand ! )

En l'attendant, les petits lutins avaient confectionné toutes sortes de décorations... et quelques petites gâteries !

(cliquez sur les photos pour les voir en grand ! )(cliquez sur les photos pour les voir en grand ! )
(cliquez sur les photos pour les voir en grand ! )(cliquez sur les photos pour les voir en grand ! )

(cliquez sur les photos pour les voir en grand ! )

Les enfants ont reçu de beaux cadeaux et nous ont offert en retour... de merveilleux sourires !

Noël à Austin (la suite!)

JOYEUX NOËL À TOUS, PETITS ET GRANDS !

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 27 Novembre 2014

C'est Martyne Pigeon, croisée sur internet, qui m'a permis de découvrir cette collection chez Boomerang : C'est la vie !

 

Dans les deux histoires que Martyne Pigeon propose ici, elle parvient à se mettre à la place des enfants, dans leur tête, dans leur imagination. La tâche n'est pas aisée d'une manière générale, mais elle l'est encore moins lorsqu'il s'agit d'enfants souffrant de troubles anxieux ou ayant le syndrome d'Asperger. C'est pourtant le cas de Marie-Lune et de Marco que l'auteure met en scène dans des activités apparemment banales de la vie quotidienne : prendre son bain, aller à l'école.

 

Deux livres donc qui ouvrent des portes sur des territoires trop peu connus et qui documentent celles et ceux qui le souhaitent avec un article pour adultes en fin de volume.

 

Le livre comporte aussi un glossaire et un questionnaire en plus d'une écriture claire et simple qui permettent aux jeunes lecteurs de lire avec plaisir. Ce dernier point est encore plus évident si l'on considère les illustrations craquantes de Raymond Parent.

C'est la vie !

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 22 Novembre 2014

Il y a d'abord eu Pierre Rabhi, le paysan philosophe, dont j'ai découvert les écrits il y a quelques années.

 

Puis, il y a eu ce moment de grâce au centre culturel Saint-John à Bromont lors de la venue de Pierre Rabhi, de Michel Valentin et d'Isabelle Peloux. Nous y avons parlé de préciosité. Celle de la vie, celle des enfants, celle de la planète.

 

 

Ce jour-là, il y avait aussi une femme avec sa caméra. Elle préparait un film nous a-t-elle dit, un film sur Les Amanins, un film qui s'intitulerait « Quels enfants laisserons-nous à la planète ? ».

C'était la première fois que je voyais Anne Barth.

 

 

Depuis, j'ai vu le film en question dont chaque image et chaque mot m'ont semblé essentiels.

Puis dernièrement, j'ai appris qu'Anne Barth avait réalisé un nouveau film intitulé « Ce qui compte » et qu'elle serait au Québec cet automne pour le présenter. Un film évoluant autour de Michel Valentin.

 

 

Certes, j'aurais pu me déplacer jusqu'à Sutton, ce n'est pas très loin, mais j'avais envie d'offrir ce cadeau aux gens d'Austin, de découvrir ce film avec eux, car il comporte assurément des valeurs qui nous sont chères, ici, à Austin.

 

Lisette (notre mairesse) et Blanche (notre agente de développement communautaire) ont dû penser la même chose, car elles se sont occupées de tout pour que le rêve se réalise. Merci !

 

La projection aura lieu à l'hôtel de ville le 28 novembre prochain à 19h. Venez partager avec nous ce moment qui sera assurément empreint de profonde humanité.

Anne Barth à Austin

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 25 Octobre 2014

De quoi s'agit-il ? D'un groupe Facebook pour aider Perle à faire (presque) quotidiennement sa «vertic».

Je fais ma fière là, mais il y a encore quelques jours, je n'avais aucune idée de la signification de tout cela.

 

Perle tout d'abord, qui est-ce ? C'est une jeune femme dans la vingtaine qui se déplace en fauteuil électrique car ses jambes sont faibles.

 

La «vertic», c'est le petit nom de la verticalisation qui consiste à rester une heure en position verticale pour redonner du tonus aux muscles des jambes.

 

 

 

Inutile de préciser la difficulté de cet exercice, on se l'imagine aisément.

 

Le groupe a pour but de soutenir Perle pendant les 60 minutes que dure sa «vertic». Nous sommes ses coachs. Nous l'aidons à respirer calmement, à se relaxer, à rester concentrée, à ne pas lâcher quand elle a envie de laisser tomber et... nous disons aussi beaucoup de bêtises !!! Le temps passe alors deux fois plus vite ! C'est fou comme le sourire est un moteur efficace !

Quand nous sommes plusieurs, on rit beaucoup. Mais, chacun(e) a ses propres activités et doit parfois s'absenter. C'est pour cette raison que nous augmentons l'équipe.

 

La «vertic» a lieu vers 14h30 au Québec et 20h30 en France.

Devenez coach. Vous ferez une ÉNORME différence pour Perle!!!

La «vertic» de Perle

L'image du bateau est simplement pour dire que pendant cette heure-là, nous sommes tous dans le même bateau. Perle est notre Capitaine et doit tous nous mener à bon port. Quand son moral baisse, on lui rappelle qu'ELLE ne peut pas NOUS laisser tomber.

 

Rejoignez-nous !

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 13 Septembre 2014

Les jardins d'Austin

Non, cette splendide photo n'a pas été prise dans mon jardin... cette année ! Mais, ce sera peut-être le cas l'an prochain.

En effet, Céline, la talentueuse jardinière d'Austin qui est à l'origine de ces merveilles, les partagera au printemps 2015.

Et vous, qu'apporterez-vous pour ce grand partage floral ?

Pensez-y cet hiver et on s'en reparle le moment venu.

Et puisque l'on parle jardinage, saviez-vous qu'il existe un blogue dédié au compostage dans notre village ? Non ?!?!?! Alors, c'est par ICI !

Les jardins d'Austin

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 28 Août 2014

Manger local est bon pour l'économie de notre région.

Manger local est bon pour la santé de notre planète.

Manger local est bon, juste bon, très bon même !

 

Mais, manger local, est-ce si facile que ça ?

 

Impossible pour moi de me prononcer sur le coin de pays de chaque personne qui lira ce billet, mais, pour ce qui est d'Austin, la réponse est définitivement OUI.

 

Voici donc quelques premières savoureuses pistes à explorer afin de composer un menu typiquement austinois. Il en existe beaucoup d'autres, nous y reviendrons dans un prochain article.

 

 

Austin, j'en mange !

En entrée, quelques tomates du jardin accompagnées de fromage de type mozarella avec un filet de vinaigrette constituent toujours un excellent début de repas.

 

Puis, que ce soit sur le grill en été ou en ragoût réconfortant en hiver, la viande de boeuf est une option à retenir.

 

Pour accompagner la cuisson de celle-ci, Jean Bureau nous propose des fines herbes de toutes sortes.

Et tant qu'à être chez Jean, procurons-nous également le dessert ! Des bleuets lorsque c'est la saison et du miel pour confectionner quelques délices sucrés toute l'année.

 

Austin, j'en mange !

Bon appétit à tous !

 

Oups ! J'ai oublié vos produits ? Saperlipopette ! Écrivez-moi vite et je viendrai les goûter pour en parler ici-même le plus rapidement possible.

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 12 Août 2014

Bonjour à tous !

J'ai soumis une photo à un concours visant à faire la promotion de notre région.

Si vous avez deux minutes, cliquez ci-dessous pour voter.

Merci !

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 25 Juin 2014

Je participe à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 17 septembre au marathon de lecture au profit du programme « La lecture en cadeau » de la Fondation pour l'Alphabétisation.

 

Le programme en quelques mots : collecter des livres neufs et les offrir aux enfants des écoles et des garderies des milieux défavorisés.

 

Le marathon : lire 6 six livres durant l'été ! (facile, non ?)

 

Comment participer ?

1 - En lisant 6 livres ( pour s'inscrire, voir le premier document ci-dessous)

ou

2 - En offrant un livre neuf à la Fondation qui le remettra à un enfant.

3 - En faisant un don à la Fondation.

(pour les dons de livres ou d'argent, voir le deuxième document ci-dessous)

ou...

LES TROIS EN MÊME TEMPS !!!!

La lecture en cadeau

Premier document

 

S’y inscrire est facile :

  1. Confirmer votre participation en faisant parvenir un courriel à : marathondelecture@gmail.com

 

  1. Aimer la page Facebook – Marathon de lecture au profit de La lecture en cadeauMD
    1. https://www.facebook.com/MarathonDeLectureLaLectureEnCadeau
    2. Inscrivez des commentaires sur vos lectures
    3. Échangez avec les autres participants
    4. Recevez et envoyez des messages de motivation et d’encouragement
    5. Échangez sur des stratégies et tactiques pour obtenir des commandites

 

  1. Lire 6 livres de votre choix entre les 25 juin et 17 septembre 2014.

 

À vos livres, prêts, partez!

Deuxième document

 

Merci de nous encourager à relever ce défi en faisant un don en argent ou en livres neufs.

Allez-y faites partie de cette belle aventure !

 

  1. Deux options de don(s) :
    1. Don(s) en argent en cliquant : www.fondationalphabetisation.org/donnez
      1. Faites-nous savoir votre montant reçu au marathondelecture@gmail.com afin que nous fassions une mise à jour de notre collecte.
    2. Don(s) de livre (s) neufs pour enfants de 0 à 12 ans
      1. Avisez-nous du nombre de livres neufs via  marathondelecture@gmail.com ou la page Facebook et nous vous indiquerons les étapes à suivre pour les faire parvenir à la Fondation pour l’alphabétisation.

 

Pour toute question, écrivez à : marathondelecture@gmail.com

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 23 Juin 2014

Des mots...

(Cliquez sur les photos pour les voir en entier)

 

 

 

Austin en fête ! Austin en fête !
Austin en fête ! Austin en fête !
Austin en fête ! Austin en fête !

Des gens...

(Cliquez sur les photos pour les voir en entier)

 

 

Austin en fête ! Austin en fête ! Austin en fête !
Austin en fête ! Austin en fête ! Austin en fête !

Un village...

(Cliquez sur les photos pour les voir en entier)

Austin en fête ! Austin en fête ! Austin en fête !
Austin en fête ! Austin en fête ! Austin en fête !
Austin en fête ! Austin en fête ! Austin en fête !

La vie, quoi !

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 22 Juin 2014

« Le père de nos pères » de Bernard Werber

Cette lecture n'est pas un succès pour moi, ni vraiment une déception. C'est un livre que j'ai envie de qualifier de « dent de scie ».

Durant certains passages, j'avais presque envie d'abandonner, car il me semblait que l'auteur faisait vraiment du « remplissage » et aussi qu'il prenait la lectrice que je suis un peu pour une andouille, mais c'est là le risque de la vulgarisation scientifique.

À d'autres moments, j'étais passionnée par l'enquête et je lisais avec avidité pour connaitre la suite, les nouveaux développements de l'aventure et savoir surtout laquelle des explications de nos origines serait la bonne.

J'ai bien aimé le fait que soient répertoriées toutes les différentes hypothèses sur les origines de l'humanité, mais cela m'a ennuyée qu'il faille systématiquement attendre la troisième partie du livre pour que soit dévoilée la suite de chacune des hypothèses.

Parlant de construction du récit, j'ai retrouvé ici avec plaisir l'alternance, un chapitre sur deux, de deux trames parallèles. Dans mes récentes lectures, cela avait déjà été le cas du livre « Les lieux communs » de Xavier Hanotte et c'est une structure que je trouve vraiment très agréable à lire.

Je ne pense pas lire d'autres livres de Bernard Werber, car je n'ai pas été conquise, bien que cette lecture ait été très instructive et source de réflexion.

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 11 Juin 2014

L'aréthuse bulbeuse

Cette fleur indigène de la famille des orchidées est très rare au Québec. Mais, elle existe dans la tourbière Millington à Austin. C'est la raison pour laquelle la municipalité l'a adoptée comme emblème floral au mois de janvier 2014.

Une représentation de la magnifique fleur s'est retrouvée sur les sacs remis a chacun des bénévoles d'Austin lors de la rencontre annuelle de ceux-ci.

Tombée sous le charme de l'aréthuse bulbeuse, j'ai choisi de la reproduire sur une caisse de clémentines qui s'est du coup transformée en boîte à fleurs !

L'aréthuse bulbeuseL'aréthuse bulbeuseL'aréthuse bulbeuse
L'aréthuse bulbeuseL'aréthuse bulbeuse

Si tu veux parler de l'universel, parle de ton village.

Léon Tolstoï

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 16 Mai 2014

Portrait : Topi du blogue « Les lectures de Topinambulle »

Après Lucie et Gabrielle, c'est Topi qui a gentiment accepté de répondre à mes questions.

*************************************************************************************************************

1 - Quel est l'endroit où tu préfères lire ? Pourquoi ?

J’ai besoin d’entendre la musique du texte, la voix de l’auteur. C’est un aspect auquel je suis sensible. Alors, je privilégie les endroits silencieux. J’aime beaucoup lire dans mon bain, pour le contact avec l’eau. J’ai l’impression d’être portée, d’être entourée, mais aussi d’être en apesanteur. C'est relaxant !

 

 


 

 

2 - Quel est ton plus beau souvenir lié à la lecture ? Une personne ?
Un lieu ? une odeur ? Une musique ?

L’automne dernier, j’ai passé trois jours dans un monastère avec ma mère. J’en garde un très beau souvenir. On m’avait assigné une petite mansarde, où j’ai pu lire tranquillement pendant des heures. J’ai aimé la qualité du silence, la sobriété des lieux. J’espère pouvoir répéter cette expérience paisible.

 


3 - Quel est, selon toi, le meilleur recueil de nouvelles qu'il t'a été donné de lire à ce jour ?

Oh, c’est une question difficile ! Je lis des nouvelles depuis plusieurs années, mais je te dirais que je garde un très bon souvenir de « Quand les guêpes se taisent », de Stéphanie Pelletier. Ses nouvelles nous transportent en Gaspésie. C'est lumineux, c'est tendre, c'est vraiment un très beau recueil !



4 - Quel est, selon toi, la meilleure bande-dessinée qu'il t'a été donné de lire à ce jour ?

Sans hésiter, je choisis « Paul à Québec », de Michel Rabagliati. C’est grâce à cet artiste que j’ai renoué avec la bande-dessinée québécoise. Et puis, c’est une œuvre très touchante et personnelle. Je ne croyais pas qu’on pouvait atteindre une telle profondeur en bande-dessinée, en abordant un sujet comme le deuil. C'est magnifique !

 

 

 

5 - Comme ça, sans réfléchir, quels sont les vers poétiques qui te viennent à l'esprit ? Juste comme ça, en passant, à cet instant.

Ces temps-ci, je reviens souvent à « La marche à l'amour » de Miron, car ça sent le printemps !

 

Tu as les yeux pers des champs de rosées

tu as des yeux d'aventure et d'années-lumière

la douceur du fond des brises au mois de mai

dans les accompagnements de ma vie en friche

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 1 Mars 2014

LE SWAP CAFÉ

était vraiment trop restrictif. Voici donc

LE SWAP THÉ-CAFÉ-CHOCOLAT!

 

Ci-dessous, toutes les petites choses à savoir pour participer.

Thé ? Chocolat ? Café ? Swapons ensemble !

Un swap c'est un échange de colis. Le but est de mieux se connaître, mais SURTOUT de se faire plaisir et d'échanger des livres.

Le principe :

On fonctionne par binôme et chacun envoie un colis à l'autre.

Le colis du SWAP THÉ-CAFÉ-CHOCOLAT devra contenir :
 

- Un livre dont le titre comporte le mot thé ou café ou chocolat ou dont le contenu évoque le thé, café ou le chocolat (il peut s'agir d'une évocation de quelques lignes seulement).


- Un livre que vous avez découvert grâce au thé, au café ou au chocolat (dans un café, en prenant un thé, un café ou un chocolat avec quelqu’un, un jour où vous manquiez de café ou que vous aviez trop bu de thé!)

 

- Un objet en lien avec le thé, le café ou le chocolat.

 

- Une friandise... au thé, au café ou au chocolat !


Avant de débuter, les « swapeuses » (il y a peu de « swapeurs », c'est dommage) répondent à un petit questionnaire afin d'éviter d'envoyer des choses que les gens ont déjà ou des choses que les gens n'aiment pas (les fichiers se trouvent ci-dessous).

Voili, voilou, vous savez tout !

A bientôt.

 

Oh oui, j'oubliais. Une question m'a été posée : peut-on mélanger les trois ? La réponse est bien sûr : OUI ! Un swap Moka, pourquoi pas ?  :-) Amusez-vous !

Les dates importantes :

 

Inscriptions : Jusqu'au 28 février 2014 (en laisant un commentaire ci-dessous).

 

Parution des billets et dévoilement des colis : 21 mars 2014 (ce sera le printemps !)

 

BON SWAP !

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 28 Février 2014

Je suis complètement nulle en cuisine. Je fais partie de ces gens qui, même avec une excellente recette et des ingrédients de qualité, trouvent le moyen de confectionner quelque chose de totalement insipide.

 

La lecture de « Café-Fleur » m'a révélé qu'il existait des gens atteint exactement du même syndrome, mais en littérature.

 

« Café-Fleur » de Catherine Guez

La recette était alléchante : une société de laquelle l'on tente d'éradiquer le Beau, les émotions, les arts. La résistance qui se met en place pour faire face à cela. Je salivais déjà.

 

Les ingrédients étaient bons : un peu de philosophie, un soupçon de rêve, une once de poésie, le Café de Flore revisité en toile de fond. Cela ne pouvait qu'être savoureux. 

 

Ce ne fut pas du tout le cas et, de la même manière que trop souvent les plats que je confectionne sont fades, ce livre s'est révélé être sans saveur.

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 22 Février 2014

Que signifie cet acronyme ? Le savez-vous ?

Réussir l'Intégration des Travailleurs Handicapés.

 

Je parlais il y a quelques temps du handicap en tant que mode de vie imposé.

Autre fait imposé dans nos quotidiens, cette fois-ci à chacun d'entre nous, valide ou handicapé (à quelques rares exceptions près) :

 

exercer une profession, un métier, aller travailler. 

 

Le milieu du travail est un milieu où tout peut arriver, le meilleur comme le pire.

De nombreux outils existent pour évoluer au mieux dans cette « jungle » professionnelle.

 

C'est de l'un de ces outils dont je souhaite parler aujourd'hui. Ce guide est destiné à tous :

ceux qui travaillent avec un handicap,

ceux qui travaillent avec une personne handicapée.

RITHa

L'on trouve dans ce guide des « éclairages » ainsi que des « expériences ».

Ainsi constitué, ce guide devient un élément concret à utiliser pour dialoguer.

On nous le dit très simplement d'entrée de jeu :

Tiens, lis ça... Tu vois, je vis les choses un peu de la même façon...

Page 9

Parler du handicap ou pas lors d'un entretien d'embauche ?

« Vendre » son handicap ?

Apprivoiser le mot « handicap ».

Accepter son handicap. Celui de qui ? Mon handicap ou le sien ?

L'intégration ne vient pas que des autres, elle vient aussi de soi-même.

Page 10

Au fil des pages de ce guide simplement humain,

l'on apprend à mieux se connaître réciproquement.

 

Quelles sont les étapes d'acceptation d'un handicap ?

Quelles sont les étapes d'acceptation d'une personne handicapée ?

 

 

Une nouvelle vie commence !

Page 32

RITHa

Je tiens à remercier le réseau Talentéo qui m'a fait connaître et parvenir ce précieux guide.

Merci à RITHa pour la réalisation de ce premier guide. Restez connectés... d'autres numéros suivront sous peu !

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 30 Janvier 2014

«Arnaud et Amélie» de Yann Julien

Yann Julien est un jeune auteur qui se présente de la manière suivante :

«un auteur qui n’a pas d’autre prétention littéraire que de vous faire passer un agréable moment à travers les histoires qu’il imagine et écrit dans ses livres... (et c’est déjà beaucoup !)».

J'aime cette franche simplicité que j'avais déjà trouvée chez son amie Emma Scott qui, pour sa part, a « pour seul but de nous divertir».

Et c'est mission accomplie. J'ai dégusté cette romance comme l'on s'offre une barbe à papa dans les allées d'une fête foraine.

«Arnaud et Amélie» de Yann Julien

J'ai déambulé parmi les personnages du livre de Yann Julien en les regardant s'étourdir dans les manèges à sensations des amours de jeunesse et en les voyant s'amuser à se faire peur dans le manoir hanté des petits mensonges qui peuvent entrainer de grandes aventures.

Puis, je suis montée sur la grande roue pour voir l'horizon vers lesquels ils s'achemineront plus tard en se frayant un chemin dans la foule pleine de vie.

 

Mais, une barbe à papa est si vite mangée. Le livre de moins de 100 pages était déjà terminé. Me restait une douce sensation sucrée.

Et je suis repartie le sourire aux lèvres.

Merci Yann !

 

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 25 Janvier 2014

FLASH SPÉCIAL ! FLASH SPÉCIAL !

Je viens de découvrir une nouvelle joueuse qui a de bien belles réponses. C'est à découvrir ici.

Et encore une autre blogueuse qui a joué. C'est par .

Ce jeu est vraiment excellent ! Osez !

**************************************************************************************************************

C'est ELLE qui a commencé.

 

Puis, ELLE a voulu jouer aussi.

 

Alors, ELLE s'est lancée dans l'aventure.

 

Je me suis dit : pourquoi pas moi !?!?!

 

Voici donc, mon année 2013... en titres de livres.

On s'amuse avec les livres lus en 2013 !

Décris-toi: Petite Poucette (Michel Serres)

Comment te sens-tu? : Je ne comprends pas tout (François Gravel)

Décris là où tu vis actuellement: Walden (Henry David Thoreau)

Si tu pouvais aller n'importe où, où irais-tu? Le centre de la Terre (Anneli Furmark)

Ton moyen de transport: R.U.N (Alexandre Jarry)

Ton/ta meilleure amie: Jonathan Livingston le goéland (Richard Bach)

Toi et tes amis vous êtes: Entre nous, la famille s’agrandit (Emma Scott)

Comment est le temps: Quelques braises et du vent (Serge Bruneau)

Ton moment préféré de la journée: Ça reste entre nous (Emma Scott)

Qu'est la vie pour toi: Du sable entre tes doigts (Patrice Favaro)

Ta peur : La glace noire (Michael Connelly)

Quel est ton meilleur conseil à donner: Comment j’ai appris à lire (Agnès Desarthe)

Pensée du jour: Les gens heureux lisent et boivent du café (Agnès Martin-Lugand)

Comment aimerais-tu mourir? : Comme on part, comme on reste (Mariano Siskind)

La condition actuelle de mon âme: Et pourtant (Robert Giroux)

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 15 Janvier 2014

Lorsque le portrait de Lucie a été publié, Gabrielle a déposé un commentaire. Curieuse, j'ai suivi le lien qui m'a emporté vers

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un blogue tout en douceur dont j'ai souhaité mieux connaître l'auteure. Celle-ci a très gentiment accepté de répondre à mes questions.

1 - Quel est l'endroit où vous préférez lire ? Pourquoi ?

 

Sans trop d’originalité, je dirais que je préfère lire au salon, sur l’unique divan qui s’y trouve. Je m’y sens concentrée et apaisée.

 

2 - Quel est votre plus beau souvenir lié à la lecture ? Une personne ? Un lieu ? Une odeur ? Une musique ?

 

J’ai découvert les mots à 19 ans. En même temps que la vie d’adulte. Je me suis délectée de ces deux choses dans mon premier appartement du quartier Saint-Jean-Baptiste (Québec). J’ai adoré cette période de ma vie.

 

3 - Quel est le livre que, selon vous, tout parent devrait lire à son enfant ?

 

Ma fille n’ayant que 18 mois, j’ai encore beaucoup à apprendre en matière de parentalité (et à offrir !). Je dirais que le simple fait de lire un livre à son enfant est merveilleux et que si le parent éprouvait du plaisir à lire pour lui-même, ce serait encore mieux.

 

Je crois aussi que de mettre la poésie et la philosophie sur le chemin de notre enfant est un cadeau inestimable. Je pense aux récits poétiques de Sylvie Nicolas (L’enfant qui tissait des tapis publié aux éditions Le loup de Gouttière, entre autres)

et aux livres de Michel Puech (collection « Philosopher ? »  aux Éditions Le Pommier).

 

4 - Comme ça, sans réfléchir, quels sont les vers poétiques qui vous viennent à l'esprit ? Juste comme ça, en passant, à cet instant.

 

« Tes bras crucifiés à mes bras renouent la paix du monde

 

Et la Paix pousse sur Hiroshima son champignon gras

et jaune dans une bouillie d’os et de bois

de peau et de fer »

Jacques Brault (extrait de Mémoire)

 

J'ai choisi cette illustration, car le nom du blogue de Gabrielle fait référence à une oeuvre de Marguerite Duras.

 

J’ai du mal à mémoriser des passages, même ceux de mes auteurs préférés. Les mots que j’ai à l’esprit sont généralement ceux lus la veille !

 

5 - Les mots à lire, les mots à écrire, les premiers se mêlent aux seconds. Vous écrirez ? Avez-vous déjà écrit ? Écrivez-vous ?

 

J’ai consacré beaucoup de temps et d’énergie à mes études universitaires dans les dernières années, tout en cherchant à maintenir une écriture. C’est depuis peu que je me suis mise à une discipline plus soutenue et que je travaille à l’écriture d’un récit poétique. 

 

 

Portrait : Gabrielle du blogue «La vie tranquille»

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 23 Décembre 2013

Aujourd'hui, j'ai envie de vous parler de notre village en commençant, tout naturellement, par sa bibliothèque.

Les livres sont des dons de citoyens.

Le lieu est un cadeau de la ville.

Les bibliothécaires sont des passionné(e)s qui trient, classent, entretiennent... et papotent.

Le principe est simple : on vient, on choisit quelques livres, on inscrit son nom dans le cahier et l'on repart. Puis, l'on revient quelques jours plus tard, on replace les livres dans la boîte prévue à cet effet et l'on en choisit d'autres.

Tout simplement !

Bonne lecture à toutes et à tous !

Austin : notre bibliothèque !

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives

Publié le 26 Août 2013

Mince alors !

Peut-être vous rappelez-vous de l'une de mes précédentes chroniques concernant «Les gens heureux lisent et boivent du café». Ma déception avait été grande de trouver un «livre de fille» là où j'attendais un hommage à la lecture.

 

Quelques temps après cela, alors que je choisissais des titres dans la liste des romans proposés par bookinity.net dans le cadre de la rentrée littéraire OFF (en passant, j'adore ce concept), je suis tombée sur «Dress code et petits secrets».

 

Sa couverture m'a tout de suite annoncé son classement indéniable dans la section «comédies romantiques» et j'ai décidé de me rattraper (je déteste dire du mal d'une oeuvre, mais je suis d'une sincérité totale. Aussi, je gardais un petit goût désagréable de ma chronique sur «Les gens heureux...»).

C'était donc décidé, boite de kleenex et pyjama rose pour une soirée «de fille» avec un livre «de fille».

«Dress code et petits secrets» de Marianne Levy

Et vlan ! Rien à voir.

D'abord un peu désappointée je l'avoue (j'étais prête, moi, pour les petits coeurs et les grands clichés !), j'ai finalement découvert ce premier roman de Marianne Lévy très bien ficelé et qui tient beaucoup plus de la critique sociale que du roman «cul-cul la praline» !

 

De plus, l'action se situe à Paris (où j'ai vécu durant de longues années avant de venir m'établir au Québec) dans le milieu de la télévision et du cinéma (pour lequel j'ai travaillé et ne travaille plus pour mon plus grand bonheur) et l'histoire met en scène deux blogueuses bien sympathiques et totalement à contre-courant de... presque tout ! (un peu d'identification ici ? Oui, cela se pourrait bien, je l'avoue sans honte aucune).

 

Marianne Lévy m'a donc fait un merveilleux cadeau avec lequel je me suis régalée.

J'adore que l'on prenne ainsi des airs tous mignons tous roses pour, en fait, dire leurs quatre vérités aux gens.

Le message me demandez-vous ?

 

«Deviens ce que tu es».

La chronique pourrait s'arrêter là. Cette phrase toute de rose vêtue résume effectivement à merveille le message du livre et la philosophie que chacune devrait faire sienne en tout temps à mon humble avis.

Mais, je ne peux résister à vous donner quelques autres petits détails croustillants de ce savoureux pamphlet parisien :

*Karima engagée comme hôtesse d'accueil au Spa en raison de son «exotisme», mais à qui l'on demande de se faire appeler Karine...

*L'évocation de l'attrait des spectateurs pour «la décomposition de jeunes enfermés dans un appartement»...

*La vulgarité banalisée chez tous ceux qui détiennent ne serait-ce qu'un minuscule pouvoir dans le «showbizz» ...

Je m'arrête ici pour vous laisser découvrir par vous-même ce petit livre que je recommande à toutes celles qui le méritent... elles se reconnaitront.

Merci Marianne !

Merci Bookinity !

Rédigé par Marion Transetti

Publié dans #Archives