« Pivoine » de Pearl Buck

Publié le 29 Mai 2014

« Pivoine » de Pearl Buck

Ce fut un immense plaisir de retrouver Pearl Buck après « Vent d'Est, vent d'Ouest » .

Je suis repartie en Chine à ses côtés pour y découvrir avec ce très beau livre la vie d'une famille juive dans la province de Honan et l'accueil fait à celle-ci par les Chinois.

Mais, au-delà des faits relatés et de la mise en présence de croyances différentes cherchant à s'apprivoiser mutuellement sans toujours y parvenir adéquatement, c'est la précision avec laquelle Pearl Buck parvient à décrire les sentiments de chacun des personnages de son livre qui m'émeut particulièrement, profondément.

Ces instants de flottement durant lesquels l'âme et le coeur se disputent nos décisions.

 

Ces années où l'on pense avoir oublié des sentiments qui ne sont en fait qu'endormis.

 

Ces cruelles paroles telles des coups de poignards que l'on s'étonne parfois d'être capables d'endurer.

 

Et puis, autour de tout ceci, il y a les lieux, la nature, l'architecture, les étoffes et les visages décrits avec une finesse telle que l'on a parfois l'impression de n'avoir qu'à tendre la main pour les toucher.

 

 

« Enveloppant » est peut-être le mot qui résume mon sentiment à l'issue de cette lecture que j'ai ralenti au maximum pour qu'elle ne s'achève pas trop vite.

 

Nous parlions il y a quelques temps au Café La Jasette de « romans doudous ». Pour moi, celui-ci en est un. Je me sens bien entourée des mots de Pearl Buck.