Fou rire de lecture !

Publié le 25 Janvier 2014

J'ai commencé la seconde partie de « La nuit d'Ostende » de Paule Noyart. La guerre fait rage et la petite Odile qui a désormais 10 ans tient un journal. Son récit de la messe de minuit au village est un véritable régal. Je ne pouvais plus m'arrêter de rire. La solennité n'était pas vraiment au rendez-vous, mais quel bon moment ! L'auteure a fait le choix d'écrire en incluant les fautes d'orthographe propre à cet âge, une grande réussite.

Figurez-vous que le ciré en noir comme il se doit car c'est un roi nègre d'Abissannie a mis sa botte à pointe sur la traîne de celui avec l'encens qui est tombé sur celui avec la myre. Ça fait que la myre, autrement dit le pharmacien, est tombé sur la Sainte Vierge qui lui a dit mais enfin Colignon tu peux pas regarder où tu mets les pieds. Comme tout le monde riait je me suis pas gênée et Charlotte non plus et même le curé. Et l'enfant Jésus qui a maintenant deux ans rigolait aussi et voulait sortir de sa boîte de rollmops emballée dans un tapis de table. Marie la pris pour le calmer mais patatras elle a renversé le boeuf sur un mouton qui passait par là. Quelle soirée, les amis.

Page 360

Fou rire de lecture !