Bibliothérapie

Publié le 4 Janvier 2014

Je poursuis aujourd'hui mon exploration de la bibliothérapie commencée ici.

Au fil de mes recherches, j'ai lu l'article ci-dessous.

Je ne sais pas si je suis atteinte du « complexe du hérisson» (car, je l'avoue, je n'en avais jamais entendu parler avant aujourd'hui!), mais j'ai décidé de tenter l'expérience pour voir ce que je pouvais trouver dans ce livre. 

 

Complexe du hérisson : préférer garder une certaine distance avec ses proches par peur de trop souffrir de ces relations.

Wikipédia

Bibliothérapie

Ce qui est avancé dans l'article ne me semble pas inintéressant, MAIS, il y a un petit quelque chose qui me chicote.

 

La réussite de la « thérapie » dépend-elle du fait que l'on apprécie ou pas le livre ?

 

Par exemple, ce livre de Muriel Barbery n'est vraiment pas apprécié de tous, loin s'en faut. Tout ceci est tellement subjectif.

 

La « thérapie » fonctionnera-t-elle de la même façon sur quelqu'un qui a apprécié le livre que sur quelqu'un qui ne l'a pas du tout aimé ?

 

Et d'ailleurs, messieurs et mesdames les psychologues : aimer ou pas « L'élégance du hérisson» signifie-t-il déjà quelque chose selon vous ?

 

Je trouve tout ceci fort intéressant, mais je reste cependant un peu perplexe... Je vais donc lire « L'élégance du hérisson» et poursuivre cette réflexion par la suite « en connaissance de cause». A bientôt.