«Le rire du grand blessé» de Cécile Coulon

Publié le 7 Novembre 2013

«Le rire du grand blessé» de Cécile Coulon

Deux aspects ont particulièrement retenu mon attention dans ce livre d'anticipation qui ne me semble pas si loin de certaines de nos réalités actuelles.

Oeuvrant moi-même en alphabétisation, la proposition de l'analphabétisme comme moyen de promotion sociale m'a interpelée. Certes, il s'agit une promotion au sein d'un régime totalitaire dans le livre de Cécile Coulon, mais... dans notre société, quelle place pourrions-nous ainsi donner aux analphabètes ?

J'ai alors repensé à l'une de mes visites dans un jardin botanique où le guide était aveugle. Pour que je profite pleinement de la visite, l'on m'avait bandé les yeux. Nous sentions et touchions les plantes plutôt que de les regarder. Ce guide aveugle était excellent. Son « handicap » était ici un « plus ».

Je suis aussi revenue, au fil de mes réflexions, sur la débrouillardise et l'ingéniosité que développent les analphabètes pour être capables de fonctionner en société.

En jumelant les deux idées, un projet de guides analphabètes dans les musées, jardins, etc, est né. Il y a là quelque chose à faire de très intéressant, j'en suis convaincue.

Si un livre pour être bon doit avoir parmi ses fonctions de pouvoir ( un peu ) changer le monde, celui-ci a donc déjà fait une bonne partie du chemin !

Un analphabète serait meilleur que moi à ce jeu, non ?

Un analphabète serait meilleur que moi à ce jeu, non ?

La seconde chose qui m'a donné à réfléchir lors de ma lecture du livre de Cécile Coulon est le programme Nox. Celui-ci, avant d'être détourné par le pouvoir en place, propose de soigner les victimes d'addiction en leur procurant par la lecture les sensations qu'elles recherchent dans les drogues. Frisson. Chagrin. Etc. M'est alors revenu en mémoire l'article suivant :

Pas si fou ! Voici une autre piste que je vais proposer et suivre autour de moi.

Cécile Coulon ne pensait peut-être pas me permettre de faire ainsi avancer, par la lecture de son livre, une cause qui me tient à coeur, mais c'est pourtant le cas.

Merci Mademoiselle ! Et au plaisir de votre prochain livre... pour aller encore plus loin !