«Petite Poucette» de Michel Serres

Publié le 30 Mars 2013

Petite Poucette a le monde au bout de ses pouces. Quel monde? Le nouveau monde. Celui qu’elle réinvente parce qu’il le faut, parce que le moment est venu de le faire.

Dans le monde de Petite Poucette, la pyramide n’existe plus. Il n’y a plus personne en haut. Il n’y a plus personne en bas. Il n’y a que des gens qui s’expriment simultanément. Certains diront : cacophonie.

Michel Serres nous parle plutôt d’une nouvelle oralité, celle qui permet à toutes les opinions de s’additionner, de se confronter, celle qui permet à chaque individu d’avoir une voix qui n’est pas celle de son maître.

Michel Serres est du côté de cette nouvelle génération qui passe à l’action. Cette génération qui partage le savoir puisqu’elle le reçoit plus vite que par le passé, cette génération qui imagine de nouvelles institutions par ce qu’elle peut, du bout de ses doigts agiles sur le clavier, en savoir très vite autant que ses médecins, autant que ses professeurs, autant que ses experts, autant que ses patrons, autant que ses dirigeants.

Michel Serres exprime la possibilité que cet avenir numérique soit donc plus démocratique et, avec lui, l’on souhaite que Petite Poucette ne se perde pas en chemin pour permettre à cette utopie de devenir réalité… au plus vite!

Michel Serres

Michel Serres