« Comment devenir un monstre » de Jean Barbe

Publié le 6 Mars 2015

Si vous manquez de temps en passant ici aujourd'hui, ne lisez pas mon billet, mais celui de Jean Barbe lui-même en suivant le lien ci-dessous.

Emporté il y a quelques temps dans une tourmente médiatique, Jean Barbe prend le temps de rappeler ses convictions et sa vision de monde. Je partage pleinement les premières et lutte chaque jour pour conserver intacte la seconde... malgré tout.

Cette lecture a été une rencontre, elle m'a bouleversée tout en me donnant la force de continuer de croire en un monde... vivable.

C'est Suzanne (que je ne remercierai jamais assez pour toutes les belles suggestions de lecture qu'elle me fait) qui m'a invitée à lire ce livre. En plus de combler une profonde lacune dans ma culture, j'ai découvert un ouvrage essentiel que chacune et chacun devrait, à mon sens, lire pour mieux comprendre le monde, notre monde.

 

Au fil de ma lecture, j'ai souvent pensé à deux titres dont j'ajoute les liens ci-dessous et qui m'ont aussi aidée à ouvrir les yeux sur les absurdités « inévitables » de nos sociétés. Oui, « inévitables », car comme nous le rappelle souvent Jean Barbe dans son livre, la guerre ne s'arrête jamais, elle ne fait que reprendre des forces.

 

Vous pourriez penser que l'on sort de cette lecture totalement anéantis, mais non, je me sens plutôt mieux « armée » pour faire face à la pression du monde, car c'est bien de cela dont il s'agit, de résistance à ce qui ne peut être évité, ce qui est ainsi parce-que...

 

Il y a de nombreux passages très intenses que j'ai lu pour moi-même, puis à JJ et que j'ai relu encore et que je n'oublierai jamais. Je vous les offrirai peut-être de temps en temps, quelques citations par-ci, par-là, pour toujours se souvenir de la précarité de notre volonté, de la fragilité de nos idéaux.

 

Mais, aujourd'hui, je ne veux en retenir qu'une seule. Elle conclut le livre et résume son propos en même temps qu'elle dit notre seule raison de vivre où que nous soyons, qui que nous soyons.

 

Nous n'avons que l'amour à opposer à l'horreur du monde.

Page 332

« Comment devenir un monstre » de Jean Barbe