« Je voudrais qu'on m'efface » d'Anaïs Barbeau-Lavalette

Publié le 15 Janvier 2015

« Je voudrais qu'on m'efface » d'Anaïs Barbeau-Lavalette

Le Québec : un pays, des livres, toujours plus de livres ! Les dernières recrues se retrouvent toutes ici.

************************************************************************************************************

Le jour se lève. [...]

Voguant dans l'hiver sur leur carré de carton, le rond de corps de Kathy et Kelly se déforme au matin. Une voix douce coule sur elles :

- Vous auriez pas une smoke ?

Les longues jambe de mailles de Meg tranchent leur horizon matinal.
Kelly endormie plonge la main dans le labyrinthe de tissu qui forment sa carapace. À la dernière couche, à la chaleur de son corps et à l'abri des voleurs, Kelly trouve une cigarette qu'elle tend de ses doigts brisés à la pute fatiguée.

- Merci.

Page 44

Ça se passe aujourd'hui. Chez nous.

 

J'ai le bourdon. Envie de tout laisser là et d'aller là-bas. Envie.

Mais, je ne le ferai pas. J'ai mes p'tit tracas.

Pourtant, ils n'ont rien à voir avec ça, ils sont bien loin de ceux-là.

Même si l'auteure parvient à nous montrer ce qu'il reste de beau à Hochelaga,

j'ai honte de cette société-là.

Et pourtant, je reste là. Eux, là-bas. 

Pourquoi ?

Je ne sais pas.

J'ai peur ?

Je suis égoïste ?

Je me dis que c'est perdu d'avance ?

Je manque de courage ?

Résultat, on en est là.

J'ai pensé à eux là-bas, le temps d'une lecture, c'est déjà ça.

Et après, quoi ?

« Je voudrais qu'on m'efface » d'Anaïs Barbeau-Lavalette

Résumé : Hochelaga-Maisonneuve. S’y croisent sans se voir Roxane, Mélissa et Kevin, chacun de son côté du Bloc, chacun au départ de sa vie. À douze ans, ils composent avec le monde dans lequel ils arrivent. Entre le coin des putes, les matchs de lutte, les virées alcoolisées des adultes et la classe des « orthos » où on essaie de les intégrer, ils plongent dans leur imaginaire et tentent de sauver leur peau. Y arriveront-ils ?

 

Source : http://www.editionshurtubise.com/catalogue/1914.html