« La couleur des ombres » de Colm Toibin (8 & 9)

Publié le 2 Décembre 2014

Les deux dernières nouvelles de ce recueil s'intitulent « Barcelone, 1975 » et « La rue ».

 

Elles parlent toutes deux d'étrangers fraîchement arrivés dans la grande ville espagnole. L'un est irlandais, l'autre pakistanais. Les deux parlent également de sexe et d'homosexualité. Les deux parlent d'amour aussi. D'amour APRÈS le sexe, de celui que l'on découvre peu à peu, de celui que l'on souhaite possible ou pense impossible. De celui que l'on perd, de celui que l'on trouve.

 

Et la ville devient soudain moins étrangère, elle est habitée par mille possibles, elle se fait refuge.

 

Deux fois encore, les mots de Colm Toibin ont su me transporter dans la vie de personnages qui, a priori, n'auraient peut-être pas retenu mon attention, mais que l'écrivain a su me rendre familiers et proches, dont l'auteur a su me montrer la touchante humanité. 

 

Le recueil est terminé. Ces lectures vont me manquer. Je reviendrai assurément vers d'autres écrits de Colm Toibin.

« La couleur des ombres » de Colm Toibin (8 & 9)