Portrait : Topi du blogue « Les lectures de Topinambulle »

Publié le 16 Mai 2014

Portrait : Topi du blogue « Les lectures de Topinambulle »

Après Lucie et Gabrielle, c'est Topi qui a gentiment accepté de répondre à mes questions.

*************************************************************************************************************

1 - Quel est l'endroit où tu préfères lire ? Pourquoi ?

J’ai besoin d’entendre la musique du texte, la voix de l’auteur. C’est un aspect auquel je suis sensible. Alors, je privilégie les endroits silencieux. J’aime beaucoup lire dans mon bain, pour le contact avec l’eau. J’ai l’impression d’être portée, d’être entourée, mais aussi d’être en apesanteur. C'est relaxant !

 

 


 

 

2 - Quel est ton plus beau souvenir lié à la lecture ? Une personne ?
Un lieu ? une odeur ? Une musique ?

L’automne dernier, j’ai passé trois jours dans un monastère avec ma mère. J’en garde un très beau souvenir. On m’avait assigné une petite mansarde, où j’ai pu lire tranquillement pendant des heures. J’ai aimé la qualité du silence, la sobriété des lieux. J’espère pouvoir répéter cette expérience paisible.

 


3 - Quel est, selon toi, le meilleur recueil de nouvelles qu'il t'a été donné de lire à ce jour ?

Oh, c’est une question difficile ! Je lis des nouvelles depuis plusieurs années, mais je te dirais que je garde un très bon souvenir de « Quand les guêpes se taisent », de Stéphanie Pelletier. Ses nouvelles nous transportent en Gaspésie. C'est lumineux, c'est tendre, c'est vraiment un très beau recueil !



4 - Quel est, selon toi, la meilleure bande-dessinée qu'il t'a été donné de lire à ce jour ?

Sans hésiter, je choisis « Paul à Québec », de Michel Rabagliati. C’est grâce à cet artiste que j’ai renoué avec la bande-dessinée québécoise. Et puis, c’est une œuvre très touchante et personnelle. Je ne croyais pas qu’on pouvait atteindre une telle profondeur en bande-dessinée, en abordant un sujet comme le deuil. C'est magnifique !

 

 

 

5 - Comme ça, sans réfléchir, quels sont les vers poétiques qui te viennent à l'esprit ? Juste comme ça, en passant, à cet instant.

Ces temps-ci, je reviens souvent à « La marche à l'amour » de Miron, car ça sent le printemps !

 

Tu as les yeux pers des champs de rosées

tu as des yeux d'aventure et d'années-lumière

la douceur du fond des brises au mois de mai

dans les accompagnements de ma vie en friche