Félix Leclerc (citation)

Publié le 19 Mars 2014

À la puissance qui reste assise, Ti-Jean préférait la pauvreté qui marche...
Aux routes battues, il préférait les sentiers de ronces; il ne connaissait pas les bals dans les manoirs, les débats sous les lustres et les passe-temps en fauteuils. Par goût, il avait choisi la tente, la forêt, l'horizon. Il détestait l'eau croupissante; les torrents l'enchantaient. Aux beaux habits des villes, il opposait fièrement sa parka sentant l'écorce; aux phrases vides, il préférait les actes remplis comme des rivières. Il faisait pouah! à ceux qui couvent leurs malheurs comme des oeufs d'or. Peut-être, sous ses habits, cachait-il d'horribles cicatrices; mais ceux qui l'ont connu ne se souviennent que de son rire.

Pieds nus dans l'aube - Page 21

Félix Leclerc (citation)