«Jonathan Livingston le goéland » de Richard Bach

Publié le 17 Décembre 2013

Hier, en rentrant de travailler, JJ me raconte qu'il a eu dans la journée un client qui s'appelait Jonathan Livingston. Pensant qu'il s'agissait d'un pseudonyme, il a demandé une pièce d'identité et ce monsieur s'appelle bel et bien Jonathan Livingston. Amusant.

Évoquant cela, nous pensons à une éventuelle relecture du livre de Richard Bach. Aujourd'hui, je trouve le livre et le feuillette pour revoir les photos. Effectivement, mon père m'avait montré ce livre lorsque j'étais plus jeune et je me souvenais essentiellement des photos de ces oiseaux en plein vol : LIBRES.

«Jonathan Livingston le goéland » de Richard Bach

Mais, aujourd'hui, je suis un peu moins jeune, j'ai avancé dans la vie et aujourd'hui, j'ai lu. Seulement les premières pages pour me faire une idée, pensais-je. Je n'ai pas pu lâcher le livre avant le mot FIN.

Le feu s'est éteint dans le poêle. Ce qui cuisait dans le four a beaucoup trop cuit. Je devais terminer la rédaction d'un article avant une heure précise et ça n'a pas été fait.

Quelle importance ? J'ai retrouvé Jonathan Livingston le Goéland.

«Jonathan Livingston le goéland » de Richard Bach

J'ai compris pourquoi je souhaitais tant voler,

j'ai compris pourquoi je me sens si souvent exclue de la société dans laquelle je vis,

j'ai compris aussi pourquoi je déçois souvent les gens,

j'ai compris pourquoi ça n'a aucune importance,

j'ai compris que je devais continuer et laisser derrière moi les autres pour mieux revenir, plus tard, lorsque ma liberté leur fera suffisamment envie, lorsque je serai assez sage et lorsqu'ils auront compris... peut-être un peu grâce à moi.

Je veux ici remercier mes parents de m'avoir un jour offert ce livre et surtout de m'avoir appris à voler... au-dessus des autres, plus loin, plus haut, sans limites. LIBRE.

«Jonathan Livingston le goéland » de Richard Bach